De la disparition, par Cristina Toma